Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'or noir est dans une étrange période où la pénurie si souvent annoncée se trouve face à un pied de nez du sous-sol.

 

Il n'a échappé à personne, sauf à quelques observateurs ou commentateurs de mauvaise foi, que les cours du pétrole ont conditionné depuis des années les fluctuations économiques du monde, occidental d'abord, et entier désormais. Ils ont pesé sur les dépenses des ménages (chauffage, déplacements...), les coûts industriels et ceux des activités commerciales, entre autres incidences. Ils ont déteint sur les cours de nombreuses autres matières premières.

 

Depuis plusieurs années, et notamment l'effondrement du prix du baril sous l'influence des gaz de schistes, les acteurs impliqués dans les recettes directes ou induites des hydrocarbures (dont de nombreux états pour leurs recettes fiscales, l'Hexagone étant en la matière un champion hors normes) multiplient leurs efforts pour tenter de faire remonter cette valeur qui, pourtant, affiche sans relâche une tendance à s'effilocher.

 

Et voilà que deux découvertes majeures dans le sous-sol mexicain viennent à nouveau porter un coup au moral de ceux qui rêvent d'une remontée vertigineuse du brut. Car, en dépit des engagements et accords (comme ceux des pays de l'OPEP) régulièrement conclus, toute découverte de ressources conduit celui qui en est bénéficiaire à vouloir l'exploiter. Et il est probable que rien ne changera dans cette attitude avant longtemps. Au risque de recevoir quelques désapprobations, accueillons cette perspective d'une énergie plus abordable avec bonheur, car elle ne peut que rendre plus commode l'activité économique et le quotidien des individus.

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- Eco-conjoncture

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :