Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce créneau que certains estiment fini tient bon, mieux même que quelques autres domaines de l'univers EGP/numérique.

"Vous verrez, avec la première monte, tout s'écroulera". Cette prophétie entendue depuis des lustres à propos du segment jadis baptisé "autoradio", mieux cerné grâce à une terminologie désormais largement admise  -.mais que DVSM observe depuis plus de 20 ans : "électroniques embarquées" au pluriel...-, n'a rien d'un marché moribond. Comme vient de le souligner le Club Electronique Embarquée, en dépit d'une première monte qui est désormais proche du 100% dans les véhicules vendus neufs ou assimilés (fausses occasions ayant transité par un court séjour dans l'univers de la location ou des parcs de collaborateurs), les ventes de produits restent à des niveaux très respectables. Ainsi, en 2016, pas moins de 750.000 autoradios, 650.000 haut-parleurs ou encore près de 16.000 amplificateurs sont passés par les caisses de la distribution dite "aftermarket". Ajoutons un peu de tuning audio et quelques accessoires, et nous voilà face à un marché dont les actes d'achats de la clientèle se situent entre 1,5 et 2 millions. 

Un léger repli est toutefois observé, mais de seulement 3%, plus limité qu'il ne l'avait été en 2015. De nombreuses lignes de produits de l'univers du son, de l'image ou des télécoms rendraient joyeux ceux qui les pilotent s'ils affichaient des fluctuations aussi modérées. De surcroît, les circuits concernés font jaillir un autre motif de satisfaction. Souvent liées à une installation de plutôt bonne facture (dans le sens sortie de caisse), les ventes de ces équipements demeurent dans des proportions ultra dominantes dans le périmètre de la distribution physique, le e-commerce ne réussissant à s'octroyer que 5,5% des volumes écoulés. Mieux encore, le CA est pour de nombreux produits est l'objet d'une évolution se traduisant par une progression des prix moyens.

Comme cela s'observe depuis plusieurs saisons, le matériel suit les évolutions techniques d'actualité. Les autoradios sans mécanique (mecaless) progressent de 5% en volume, et 8% en CA. Plus de 260.000 unités ont été achetées par des clients, équipements qui par ailleurs sont totalement en phase avec la connectivité. USB, SD, iPod Direct côtoient les technologies CarPlay, Android Auto, et plus de 4 équipements sur 10 offrent la fonction Bluetooth Mains libres.

Concernant l'avenir, des questions peuvent être posées. Pour l'heure, les circuits de distribution qui n'ont pas relâché leurs efforts sur ce créneau ont toutes les raisons de se féliciter. Alors que nombreux sont les réseaux qui ont purement et simplement abandonné ce segment, ceux qui restent dans la course se partagent un gâteau dont les parts sont de ce fait plus substantielles. Leur champ d'action n'est pas celui des véhicules neufs ou très récents, en général déjà équipés, mais se situe sur les automobiles et les utilitaires d'âge moyen, initialement moins bien dotés ou en voie d'obsolescence technique. En France, le parc de véhicules en circulation étant doucement vieillissant (8,8 ans en 2016), les professionnels qui ont ou auront des installations à mettre à un niveau correspondant aux attentes "numériques" et qualitatives de leurs utilisateurs seront au moins aussi nombreux dansl'avenir. Enfin, le niveau quantitatif du marché actuel est tel, comparé à la dimension du parc (plus de 38 millions de véhicules, dont 32 millions de voitures particulières et 6 millions d'utilitaires légers) qu'il peut être considéré au moins comme installé dans un régime de croisière et, avec quelques efforts sur le marketing, comprenez, la séduction de la clientèle, il existe même des opportunités d'optimisation des ventes. Ne serait-ce qu'en prenant le sillage du son haute résolution en développement vigoureux. Mais oui, quelques efforts…!

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- Repères et chiffres, #- Autour de l'auto

Partager cet article

Repost 0