Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comme sur une planche savonnée, le baril ne parvient pas à remonter sa pente tarifaire. Egoïstement : tant mieux…  

Egoïstement, mais pas sans l'avoir pressenti. Nos lecteurs assidus ont peut-être en mémoire que déjà, par deux fois en moins d'un semestre, des volontés fermement affirmées de revaloriser les cours ont échoué. Perspectives de remontées auxquelles nous n'avons pas cru, et de fait, à nouveau, le baril a, ces jours derniers, à nouveau piqué du nez pour se retrouver nettement sous les 50 dollars l'unité. Cette cote faisant partie de ces fameuses "planètes" qui s'alignent pour stimuler notre activité économique, on ne peut que s'en réjouir. Nous, comprenez Français et Européens, ne sommes pas les seuls à profiter de l'aubaine. Aux USA, alors que la période, qui précède des moments traditionnels de circulations touristiques intenses propres à une remontée des prix à la pompes, le gallon s'est replié de 4% en une semaine pour les consommateurs. Moins d'argent dépensé pour se déplacer signifie plus de pouvoir d'achat pour d'autres dépenses.

Pourquoi le cours de l'or noir a-t-il du mal à remonter, et semble ne plus répondre aux menaces de limitation de la production ? D'abord parce que ces menaces se heurtent à une réalité : l'abondance. Contrairement aux prédictions (alarmistes) de certains experts, peut-être un peu lobbyistes à la marge, les réserves sont optimales, et la consommation étale. Si des régions du monde comme la Chine progressent, l'occident consomme moins à usgae équivalent. Il suffit de comparer la consommation d'un véhicule aujourd'hui et il y a 15 ans ! En outre, même si elles sont marginales (de moins en moins) les énergies nouvelles renouvelables gagnent du terrain. Les logements s'isolent, les bâtiments basse consommation, voire produisant plus qu'ils ne consomment, se multiplient. En résumé, il y a bien peu de chances pour que la remontée des cours substantielle et durable puisse, hors conflit géopolitique grave, voire armé, se manifester. D'autant plus que, en embuscade, les gaz et pétroles de schistes sont toujours prêts à bondir au cas où. L'OPEP ne pouvant plus grand-chose sur ce plan.

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- Eco-conjoncture

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :