Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cachons ces hélices que nous ne saurions voir, et dans la foulée, toute trace laissée par l'humanité sur son propre sol.?

Les éoliennes (qu'il serait plus juste de désigner par le mot "aérogénérateurs") provoquent en de nombreux endroits des rejets de la part de supposés écologistes, s'affirmant défenseurs du cadre de vie naturel. Il est permis de se demander si ces opposants aux capteurs de vent ne seraient pas plutôt hostiles à tout ce que fait l'homme pour essayer de vivre plus confortablement. Cette attitude met en effet en évidence un manque total de cohérence entre ce qui naît de nos jours et ce qui est hérité d'un certain passé. Car si les éoliennes de notre époque changent effectivement le panorama dans lequel elle sont installées, n'en était-il pas de même pour les moulins à vent, comme ceux des plaines hollandaises ou celui de Montfermeil, célèbre par son rôle dans le décor des Misérables de Victor Hugo ? Des moulins qui, des Pays de la Loire à la colline de Fontvieille, et en de nombreux lieux de notre planète, sont tous devenus des monuments hautement appréciés des touristes pour leur valeur culturelle.

Mais les éoliennes d'aujourd'hui ne seraient-elles que de bruyants monstres d'acier dopées à la technologie ? Beurrk ! Que dire alors du viaduc du Garabit et, dans une logique identique, de tous les ponts, en pierre, en bois ou en acier, érigés sur terre ? Les écolos se seraient-ils opposés à la construction du Pont du Gard, de l'aqueduc de la Vanne (conduisant de l'eau potable jusque dans Paris) et dans la foulée du Canal de l'Ourcq, voie d'eau réalisée sous Napoléon pour arroser les parcs et jardins de la capitale ? En clair, tout ce qui est de nature à aménager notre vie quotidienne doit-il être rejeté car détruisant le cadre naturel ? Quelques éoliennes glissées dans le décor de Coutances (sous un certain angle) provoquent l'ire de quelques défenseurs du panorama définitivement figé. Mais s'il s'agissait de trois moulins à vent, ne seraient-ils pas un point de plus à ne pas manquer sur les programmes touristiques de cette très belle cité normande ?

Certes, dans la contestation des éoliennes, il en existe une soulignant une erreur grossière très répandue qui consiste à mettre la charrue avant les bœufs. Ce qui manque dans le domaine de l'énergie n'est pas sa production mais son stockage. Emmagasiner le jour pour consommer la nuit, stocker l'été pour utiliser l'hiver, tels sont les véritables défis que, curieusement, tous les spécialistes ou presque tentent de relever au seul moyen de... batteries électriques. Une stratégie qui manque un peu de ressort ! Et pourtant, d'autres pistes pour un stockage efficace ne manquent pas. Et lorsque conserver ne sera plus une difficulté, les éoliennes auront peut être un double rôle : celui d'un outil utile à coup sûr,  et de spectacle à voir. On en reparle dans 80 ans ?

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- C'est un avis
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :