Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quand un quotidien de premier plan dénonce l'aspect très futile de nombreux produits…

La connexion des objets est une tendance inéluctable. Mais connecter "des objets" ne veut pas dire connecter n'importe quoi, et dans la foulée, inventer mille et un "bidules" dont le public n'a aucun besoin. C'est ce qu'exprime aujourd'hui Le Parisien, à l'occasion de la tenue d'un salon sur ce thème en région (ex), Rhône-Alpes. Le quotidien n'a certainement pas tort dans cette remarque. Le côté invention à tout prix n'est certainement pas le meilleur moteur pour un créneau dont nous savons qu'il a pour le moins du mal à décoller, montres connectées incluses. D'apparence compliquée, dans sa finalité comme dans sa mise en œuvre (pour des consommateurs non initiés) l'objet connecté se présente trop souvent comme le marteau-pilon destiné à écraser une noisette.

Qu'est-ce qui les fait marcher, tous ces créateurs ? La question mérite en effet d'être posée. Serait-ce banalement l'argent ? Possible. Car les termes "numérique", "connecté", "startup", "high-tech", voire "French Tech"*, à défaut de garantir à tous des revenus rondelets comme les ont engrangés Bill Gates, Jeff Bezos et autres virtuoses de l'industrie numérique, évoquent au moins les perspectives de "levées de fonds". Si, il y a quelques décennies, le plus dur était de financer le lancement d'une entreprise (d'où les innombrables confrontations avec des banquiers ou les appels aux économies de tontons ou cousins généreux), la pratique de la recherche de subsides est devenue un sport quotidien. Armés de dossiers bien bâtis, nombreux sont ceux qui décrochent des tirelires non négligeables auprès d'investisseurs qui ont en général assez bien sécurisé leurs investissements. C'est aussi un métier. De quoi attirer des créateurs sérieux, et sans doute d'autres, qui flairent le bon coup, ou au minimum trouvent ainsi les moyens -c'est le bon terme- de concrétiser des idées de rêveurs. Tout le monde connaît la durée de vie moyenne des entreprises sur notre sol (environ 5 ans) et rien ne permet d'affirmer que la génération créatrice des ces objets connectés échappera à cette moyenne. Alors on y va. On tiendra bien quelques saisons. Et après, on verra…

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS      

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- Grrr...! et cartons rouges

Partager cet article

Repost 0