Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une légère croissance du nombre d'habitants et des moyennes presque stables en apparence n'ont-elles pas endormi certaines vigilances ?

Michel Debré, Premier Ministre du Général de Gaulle, (ok, nous remontons assez loin) avait prévenu d'un discours simple : la France ne fait pas assez d'enfants. Il gouvernait, donc prévoyait, insensible aux railleries environnantes. Puisque nous en sommes au début des années 60 (du siècle passé) suggérons la relecture ou la lecture de l'ouvrage d'un autre Ministre du même chef d'Etat en uniforme, Alain Peyrefitte, qui avait de son côté tout autant prévenu avec son "Quand la Chine s'éveillera".

Prévoir est peut-être une fonction devenue rare et d'ailleurs pas toujours possible, tant un grand nombre d'évolutions s'avèrent rapides. Un grand nombre, mais pas toutes. Qui constitue la clientèle de la distribution ? La population. Pour l'équipement en biens durables, cette population agit en général à travers l'entité que constitue le foyer, établi dans sa résidence principale.

En 1975, il y a donc 40 ans environ, 2,90 personnes vivaient dans cette habitation, nombre ramené à 2,26 en 2012, et qui a probablement poursuivi sa lente érosion au cours des cinq années les plus récentes. Personne n'ignore par ailleurs quelques phénomènes majeurs comme la fin du baby-boom devenu papy-boom, la montée en âge des enfants de ce boom du passé, l'entrée dans ce que l'on appelle avec pudeur le troisième âge des papy-boomers, etc.

Déjà évoqué, cet enchaînement se traduit, pour nos résidences principales, par une dégringolade en flèche des "effectifs" qui y vivent. Il n'y avait, toujours en 1975, que 22% de ces résidences n'abritant qu'une seule personne. Pratiquement 35% sont désormais occupées par une personne vivant seule. Parallèlement, les "grandes" familles ont fondu comme neige en plein soleil. 7,6% des résidences principales étaient le siège de la vie trépidante de familles de 6 personnes et plus en 1975 (alors que le baby-boom avait déjà prononcé la formule connue : c'est mon dernier môme, Jean-Pierre !) Ces résidences principales ne sont plus que 1,5% à s'animer de telles ruches humaines. Voilà qui change profondément les perspectives de ventes de biens dits durables. Ce d'autant plus que, contrairement à des idées coupablement répandues, les classes de seniors ne sont pas les nantis propres à surconsommer sur lesquels certains bâtissent des confortantes perspectives de ÇA. Les "seniors de classes moyennes", qui ont déjà compris qu'il fallait maintenant vivre chichement, avec pas beaucoup mieux que la moitié des revenus de leur meilleure époque active, des soins coûteux qui risquent de grandir avec l'âge, et même un colossal budget EHPAD à envisager, s'il ne veulent pas voir leur patrimoine s'envoler dans de lourdes mensualités et des enfants mis à contribution si la boucle n'est pas bouclée.

Les agrandissements de centres commerciaux, les multiplications de franchises de petit calibre, et quelques autres tendances sont-elles des stratégies pertinentes ? Ne risquent-elles pas d'alimenter d'ici quelques années des retours de manivelles cruels, nombreuses fermetures à la clé, à l'instar de ce que vit aujourd'hui le terrain outre Atlantique ?

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- Repères et chiffres

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :