Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D'une part, le streaming audio en haute résolution, d'autre part, les disques analogiques et les tables de lecture, constituent les segments de la famille "musique" à choyer dans une offre dédiée aux plaisirs de l'écoute.

Il fut une époque où de nombreux professionnels estimaient que "l'image allait sauver le son". L'idée selon laquelle le son de la vidéo attiserait la motivation des consommateurs pour des ensembles susceptibles, côté audio, de supplanter l'ancienne coqueluche des audiophiles qu'était la chaîne hi-fi a fait long feu. Loin de se clarifier, le choix technique s'est transposé en un univers dans lequel les chalands sont loin de se retrouver.

Deux lignes on ne peu plus éloignées vivent des vies actives. D'une part, progresse tout ce qui concerne le disque analogique, mais dans des proportions faibles, par rapport aux dimensions d'un marché théoriquement potentiel. Il suffit de rapprocher le nombre de ménages, plus de 27 millions, et les quelques dizaines de milliers de platines TD vendues pour comprendre que même progressant, ce segment de l'analogique est une niche. Récemment, nous avons vu apparaître une autre tendance qui demandera à être confirmée pour les minicassettes. A suivre...

Le son haute résolution pour sa part titille les esprits, mais que l'on ne s'y trompe pas : une quantité colossale de chalands n'y comprennent rien. Que faut-il acheter ? A quoi correspondent les formats ? Comment se connecter sur les sites permettant le "streaming" (terme qui est lui-même très obscur pour de nombreux individus qui aimeraient écouter de la musique dans d'excellentes conditions)? Un paradoxe alors que les sites évoqués, Spotify et autres, ne cessent d'accueillir de nouveaux adeptes. Le MP3 écouté sur des enceintes sans fil (+ 14% en volume en 2016), dont près de 3 millions de clients ont fait l'acquisition l'année dernière (2,9 millions de pièces vendues selon GfK) reste la fraction ultra-dominante des pratiques d'aujourd'hui. Il y a donc lieu de mieux proposer, expliquer et démontrer ce son haute résolution qui ferait sans le moindre doute bien des heureux, sans oublier de mettre en avant la comparaisons entre le coût d'un forfait et l'achat de supports enregistrés.  

La distribution aurait intérêt à se faire plus didactique, dans ce domaine comme dans beaucoup d'autres, car il y a des ventes de produits de valeur élevée à la clé, une compensation judicieuse de ce qui se perd sur les sans fil dont la valeur s'est repliée de 8% en un an, pour s'établir à seulement 82 euros.

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- Repères et chiffres

Partager cet article

Repost 0