Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le dollar et le pétrole se replient, ce qui devrait aboutir à un assouplissement des capacités à consommer de nos concitoyens.

En marge de nos joutes pré-électorales qui mobilisent l'Hexagone, mais que lui, la vie ici et hors frontières continue. Comme nous le pressentions et comme le confirment les chiffres, l'envolée des cours du brut, pronostiquée par de nombreux spécialistes suite aux décisions des membres de l'OPEP d'il y a quelques semaines, ne s'est pas produite. La surabondance des réserves prouvées de ressources fossiles y est pour beaucoup. Le baril vient en séance de franchir à la baisse le cap des 50 dollars. Parallèlement, le billet vert n'est pas en grande forme, les initiatives du nouveau président des États Unis faisant perdre beaucoup de confiance dans les places financières.

Ces deux facteurs réunis devraient permettre une nouvelle diminution des coûts d'importation de matières premières. Lesquelles manquent cruellement à l'Hexagone, ce qui constitue une excellente excuse pour oublier de corriger des maux français connus depuis des décennies.

Il y a bien longtemps, la puissance de l'économie britannique, la première au monde il y a un bon siècle, était expliquée par les richesses du sous-sol du Royaume Uni. Plus tard, le succès économique et industriel du Japon était, selon les meilleurs observateurs, la résultante d'une absence de toute ressource fossile telle qu'elle avait obligé l'Empire du Soleil levant à se mobiliser sur des activités productives et sur l'exportation.

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS.

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- Eco-conjoncture
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :