Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La barre de son a un curieux profil, oscillant entre le maillon qui corrige les piètres performances des téléviseurs ultra plats et un orteil plongé dans le grand bain du home cinéma. Un accessoire qui à la fois stimule et bloque plus qu'on l'imagine le passage en caisse pour d'autres produits…

A l'origine, sous l'initiative de Yamaha et de ses très performantes réalisations, naquit la barre de son. A la limite du techniquement diabolique, car appuyé sur une science de la scène et des instruments de musique, le concept est aguicheur. Plus besoin de s'offrir un encombrant ensemble home-cinéma. La barre, éventuellement secondée par un caisson pour les sons graves, fera l'affaire. Mais cette idée noble a vite été dupliquée dans des versions moins élaborées techniquement, et parfois même d'une pitoyable simplicité. Ce qui ne se voit pas forcément dans un linéaire.

Plus l'écran est plat, moins le son a de relief. Nous voilà sur le revers de la médiale. Au fur et à mesure des effets du régime amincissant appliqué aux dalles TV, la place pour des haut-parleurs efficaces s'efface. Ils sont loin, ces cathodiques préhistoriques dont la seule caisse suffisait à servir d'enceinte à un ou deux haut-parleurs de qualité modeste, diffusant un boom-boom générateur d'une admissible illusion. C'était l'époque du bi-colonne, voire du stéréo. C'est en remède miracle à une platitude du son qui n'a d'égale que celle de l'écran que la barre de son s'impose aussi, désormais. Dans ce rôle, elle transcende le ramage de tout récepteur. Et tant pis si les effets du son cinéma sont partiellement ou totalement oubliés.

9 PRODUITS SUR 10 VENDUS DANS L'UNIVERS HOME-CINÉMA SONT DES BARRES DE SON.

540.000 barres de son ont été vendues en 2016, selon GfK. Ce qui représente une croissance en volume de 4%. Bravo ! Tout doux. Une note discordante vient se glisser dans cet élan d'optimisme. GfK nous la fait entendre. Les volumes ont grimpé de 50% au moins de juin, dans le sillage d'une poussée forte des ventes de téléviseurs à ce moment (migration vers la HD + l'Euro de football). Poussée qui s'est dégonflée ensuite. La barre est donc probablement prioritairement comprise comme l'accessoire électroacoustique du téléviseur.

Les ventes de chaînes home-cinéma s'effondrent de 30%, pour descendre sous le symbolique niveau de 100.000 pièces. Vous voulez une vision "qui parle" de ce score qui frise le honteux pour les acteurs du marché ? Cela représente moins de 2,9 chaînes home-cinéma vendues par jour et par département français, à (encore !) diviser par le nombre d'établissements détenteurs d'une offre dans cette ligne de produits. A ce rythme, 80% de foyers sont non équipés de ces instruments. Sur un territoire qui compte plus de 27 millions de ménages, c'est microscopique.

Mais justement, cette relative bonne santé de la barre, que GfK voit s'amplifier légèrement en 2017 (pour passer la… barre des 600.000 pièces vendues) n'est-elle pas le pire des ennemis pour la chaîne home-cinéma ? Pour une immense majorité d'utilisateurs "ordinaires", donc pas spécialement cinéphiles, à quoi bon se charger d'une installation supplémentaire si, déjà, le son semble d'un rendu suffisant ? A cela, un seul remède : la démonstration. Ce qui nous transporte vers une autre problématique : les enseignes, les généralistes comme celles qui s'affirment spécialisées, ont-elles encore l'envie, la place, les compétences, toute latitudes et la perception d'un quelconque intérêt, pour la mise en avant d'un certain nombre de loisirs techniques ?  

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS  

Tag(s) : #- Repères et chiffres, #L'info en temps réel
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :