Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

 

 

Satellites, un moment clé laissé dans l'ombre.

L'édito d'Yves Dupré

Alors que l'actualité se focalise ce matin sur le froid ressenti, quelque débat bien monotone et que, discrètement, la fougue sur les objets connectés commence à s'émousser, un succès très peu évoqué a probablement marqué d'une manière indélébile le monde de la connexion. Il s'agit du lancement, d'un seul et unique tir, d'une série de dix satellites (Iridium) par la firme de SpaceX (Elon Musk) au moyen de sa fusée révolutionnaire, dont partie lanceuse revient se poser sur son lieu de départ pour assurer d'autres lancements ultérieurs. Pour simplifier, cela revient à considérer comme bel et bien ouverte l'ère d'un spatial low cost (coût réduit), laquelle rend effective la concurrence potentielle annoncée il y a déjà un bon moment avec les structures terrestres (fibre, 5G...). Pour une large population, intégrant les régions du monde en voie de développement, cela signifie une connexion immédiatement disponible, dès les mises en orbites, et nettement plus économique que tous les moyens utilisés jusqu'à présent. Et dans la foulée, l'accès au net de quelques milliards de nouveaux individus connectés.

Une compétitivité qui profitera aussi aux pays "évolués", et devrait faire recette pour la transmission de contenus. Visionner un film sur une plateforme de streaming qui nécessitait jusqu'alors de disposer d'un très haut débit, par exemple, devrait être un argument très mobilisateur pour de nombreux consommateurs. Rien ne s'oppose non plus à ce que, pour la télévision et dans un futur plus ou moins proche, la voie satellitaire retrouve un crédit stupidement un peu émoussé. La comparaison entre le coût de la transmission depuis l'espace et celui des milliers de re-émetteurs terrestres est sans appel. 

La révolution annoncée va aussi se manifester dans l'activité des entreprises spatiales. Avec peut être quelques lourdes déconvenues dans un avenir indéterminé. Les entreprises historiques ont en effet du mal à considérer comme crédibles ces low cost qui débarquent, croyant leur puissance et leur grande réputation largement suffisantes pour repousser les offensives de ces jeunes et impertinents nouveaux compétiteurs. Nous l'avons observé dans les camps des opérateurs de téléphonie mobile, comme dans l'aérien, pour n'évoquer qu'un seul domaine hors de l'électronique et du numérique. Les affirmations très tranquilles d'un responsable de notre numéro un national à propos de sa belle entreprise prononcées ce 15 janvier ressemblent à celles d'opérateurs connus dans la mobilité, avant que ne se propage le tsunami Free. Face à ce Don Quichotte du tarif des télécoms, s'il y avait bien à en attendre quelques remous, les armes de contre offensive et la confiance des clients assureraient des dégâts limités. On a vu la suite. "Si le concurrent californien est fiable, il pourrait devenir un concurrent pour Ariane" disait en substance le responsable déjà évoqué. SpaceX ayant eu un lourd pépin il y a quelques mois, on se demandait si, dans ces propos, il n'y avait pas l'espoir caché d'un nouveau souci chez le jeune lanceur américain. Non, pas de pépin. Une nouvelle époque de l'aventure numérico-spatiale vient de commencer.

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS.

Tag(s) : #- Edito par Yves Dupré, #L'info en temps réel
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :