Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Encore une dérive de langage "revenue"* de l'Ouest et qui peut semer la confusion.

Nous voici à l'heure des bilans, début d'année oblige. Les communiqués vont fuser de toutes parts, pour atteindre le point culminant de leur avalanche quand tomberont les résultats des innombrables exercices d'entreprises se terminant fin mars. En plus de cette poussée de chiffres traditionnelle, des informations et des communiqués s'accumulent régulièrement aux portes des rédactions où, parfois, des intervenants sérieux et consciencieux, mais pas toujours au fait des économies d'entreprises, tombent dans les pièges sans pitié des faux amis, ces mots étrangers qui ressemblent tant aux nôtres qu'on les croit synonymes.

C'est le cas de "revenu", terme que les anglo-saxons utilisent volontiers pour évoquer ce qu'en bon français, on traduirait par "chiffre d'affaires" ou, un peu plus familièrement, mais avec la même bonne signification, la "recette". Ce qui n'a rien à voir avec ce que l'individu ou l'entreprise gagne, à savoir ses profit ou son bénéfice.

Revenus déclarés. La confusion, qui transpire parfois dans certains commentaires se voulant éclairés, naît en France de ce qu'un revenu est bel est bien ce qu'un individu a gagné par son travail et ses autres ressources (capital, patrimoine, épargne par exemple). La Déclaration de revenus très célèbre et redoutée, tant dans son établissement que dans ses conséquences, n'évoque sur notre territoire que ce que l'on a effectivement reçu ou gagné. Pourquoi les médias sont-ils si nombreux à ne pas utiliser les substantifs compris de tous comme les mots bénéfice ou profit ? Sans doute à cause d'une petite résurgence de ce rêve américain qui depuis si longtemps, nourrit la fierté d'un coq bien connu. 

*Au fait : pourquoi "revenue" : parce que ce mot en anglais vient bien de notre patrimoine franco-latin...

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS  

Partager cet article

Repost 0