Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les enseignements du CES 2017 confirment ce qu'intuitivement chacun sait déjà, surtout parmi les professionnels. L'innovation majeure a changé de camp.

175.000 visiteurs professionnels, dont 55.000 étrangers, se sont retrouvés dans la capitale du jeu pour un CES soufflant ses 50 bougies. Automobile, contenus, santé, habits, sports, voyage, 5G, villes connectées, robots, et quelques autres segments : l'organisateur dresse la liste des axes de ce rendez-vous, en oubliant sans doute involontairement l'audio-vidéo dans son catalogue à la Prévert faisant office de préambule à son communiqué final. Une énumération dont la longueur devient inquiétante, pour ce qui se veut désormais salon de l'innovation, salon de tout, avec le "qui trop embrasse mal étreint" planant comme une menace.

Pour ce qui concerne la distribution d'électronique grand public, numérique inclus, le long cycle (en gros, un demi-siècle) des innovations majeures est probablement terminé, ou au minimum largement accompli. Les industriels poursuivent sans grand succès depuis plusieurs années déjà une chasse à cette rupture technologique qui, a durant des décennies, alimenté leur activité. Entre les progrès techniques, même très importants, et les ruptures, rien ne se ressemble. Entre écouter de la musique sur un vieux crincrin ou enfin la déguster dans de très bonnes conditions, il y a bien une réelle transition qui s'est concrétisée par l'irruption de la haute fidélité en stéréophonie, la grande affaire des années 70. Pouvoir enregistrer du son, puis des images, et les consommer d'une manière libre, d'abord sédentaire puis nomade, furent autant de nouvelles conquêtes essentielles, génératrices de nouveaux marchés de masse. Les ordinateurs, les téléphones mobiles puis les smartphones ont aussi été de puissants moteurs (et le sont encore) des ventes aux consommateurs.

Pourtant, tous les intervenants du métier connaissent la suite. Tous savent pour l’avoir constaté qu'au-delà de certaines performances, le public cesse d'être réceptif. Ce qui n'est pas nouveau. Dès les années 70, les nombreuses tentatives qui avaient pour but, en offre, performances et surtout CA, d'aller plus loin que la hi-fi grâce des systèmes quadriphoniques ont échoué. Le passage du microsillon au CD s'est en revanche révélé être une réussite superbe. Sa qualité y a été pour beaucoup, mais les atouts physiques du disque numérique (taille, insensibilité à la poussière et aux rayures) ont autant, voire plus, contribué à son succès. En revanche, les disques numériques encore plus performants (SACD, DVD audio) n'ont pas été plus loin que des succès de niches, tout comme le Blu-ray ne s'est développé que d'une manière assez lente et modérée comparativement à l'explosion du DVD. Le mieux serait-il ici comme ailleurs l'ennemi du bien ?

A présent, la révolution numérique se manifeste dans d'autres domaines que ceux des loisirs audiovisuels qui ont atteint un niveau de performances et de domesticité largement suffisant pour le commun des consommateurs. Cette nouvelle révolution va transformer d'une manière fondamentale de nombreuses composantes de la vie des individus sur cette planète, ce qui est d'ailleurs déjà commencé.

La situation délicate des salons, quand ils existent encore, trouve pour une bonne part* ses sources dans cette "évolution des transformations". Le CES 2017 qui vient de fermer ses portes en est une démonstration parfaite. Certes, sur une surface plus grande, l'organisateur a réussi à attirer plusieurs centaines de nouveaux exposants. Gary Shapiro (photo ci-dessus), organisateur virtuose de cette manifestation, a rempli sa mission en maintenant une fois encore l'événement dont il est responsable. Un événement qui cependant part dans toutes les directions. Diversification ou fuite en avant ? Presque une explosion ! Et peut-être le début d'un big-bang aux retombées capables d'être destructrices.

L'industrie automobile restera dans les mémoires comme l'un des principaux animateurs de cette édition. Elle aura écrasé de sa présence la presque totalité des autres domaines. Plus traditionnellement et dans l'axe de l'EGP, même les annonces des écrans QLED de Samsung et LG n'ont eu droit qu'à un succès d'estime. Il est vrai que même avec des noirs encore plus profonds, un atout qui commence à sentir l'usé jusqu'à la corde, nous sommes loin de la rupture capable de survolter les ventes. Mais en revanche, ce sont d'excellents arguments pour un marché de renouvellement. Quand son téléviseur sera hors d'usage ou jugé trop ancien, le consommateur en achètera un mieux défini, plus performant et au design davantage dans l'air du temps.

Patience, une nouvelle rupture technologique majeure est en vue…  

Alors, finies les vraies grandes ruptures ? Non, et il y a en même une qui se dessine à l'horizon. C'est même peut-être la plus puissante de tous les temps. Toutefois, c'est davantage à Barcelone, lors du prochain Mobile World Congress, en février, que la lumière des projecteurs sera braquée sur elle, nettement plus qu'en 2015, mais bien moins qu'en 2018. Il s'agit bien sûr de la 5G, très peu évoquée à Las Vegas la semaine dernière. Avec des débits vertigineusement supérieurs aux meilleurs standards actuels, Elle permettra à des créateurs d'imaginer et de mettre en œuvre des fonctions et usages inédits car impossibles à l'heure présente. Le public en attendra-t-il rien de mieux que des émissions de télé en une définition plus élevée ? Le progrès est comme l'eau des fleuves, qui passe là où elle le décide, et pas forcément dans le lit qu'on lui croyait destiné.  

 *Par ailleurs, dans de nombreux domaines, des industriels ne croient plus beaucoup au grands salons et vont même parfois jusqu'à les bouder, comme ce fut le cas à l'automne 2015 au Mondial de l'Automobile ou 7 marques importantes (dont Ford) brillaient par leur absence. Trop lourds financièrement et en mobilisation des troupes, peu adaptés aux calendriers des lancements, trop axés sur des visitorats locaux, les grands rendez-vous n'ont plus la cote, face à des outils de communication qui se sont profondément transformés, notamment avec les techniques numériques. Dans ce sens, le CES ne deviendrait-il pas doucement son propre adversaire ?

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- Expos et salons

Partager cet article

Repost 0