Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Samsung : touché, mais pas coulé...

TOUTE LA PRESSE, AU NIVEAU INTERNATIONAL, COMMENTE SUR UN TON DRAMATIQUE LE GRAVE SOUCI DE SAMSUNG AVEC SON GALAXY NOTE7. UN CATACLYSME DONT LE GROUPE SE RELÈVERA...

L'industriel est comme l'avion. Sa sécurité repose sur le fait qu'il possède plusieurs moteurs. Et des moteurs, le conglomérat Samsung n'en manque pas. Certes, l'accident du Galaxy Note7 n'est pas un épisode sans importance. Financier d'abord, le coût de cette mésaventure étant dans tous les cas estimé à plusieurs milliards (d'euros ou de dollars, à ce niveau, la nuance n'a guère d'importante). En image ensuite, car plus d'un consommateur pourrait y regarder à deux fois avant de se précipiter sur un nouveau modèle chaudement propulsé sur le marché. Et plus délicat, en termes de stratégie. Car batteries ou pas, la firme a déjà essuyé quelques revers, notamment avec des tablettes ou des smartphones, d'une conception insuffisante ou à cause de ventes décevantes. Sa méthode était en gros fondée sur deux principes : coller au plus près d'autres leaders, dont Apple, et des lancements puissants façon rouleau compresseur. Un scénario dont on voit les limites, avec l'échec de la 3D, dans laquelle le coréen se voulait figure de proue très offensive, ou des déboires liés à des batteries chatouilleuses mais peut-être aussi à des mises au point trop rapides. Mais au bout du compte, Samsung survivra.

Comment ? Il faut alors regarder en direction d'autres groupes majeurs qui, après des fortunes de marché et des activités décevantes, ont fini par jeter l'éponge, abandonnant purement et simplement des créneaux trop compliqués. On ne compte plus les entreprises importantes qui ont, au cours de ces dernières années, renoncé à l'électronique grand public, préférant se consacrer à des univers plus prometteurs. Nous savons que, leader en volumes, la profitabilité des mobiles de Samsung, fortement concurrencé par les "low-cost", était préoccupante. Les écrans, de téléviseurs, de smartphones, de tablettes, etc., alimentent des marchés dont les ventes désormais s'émoussent. Si un jour, un dirigeant maison dit "Tout cela, ça suffit", il ne faudra pas s'en étonner.

Il reste cet aspect cruel : si un "mono-activité" rencontrait le même souci, il ne s'en relèverait probablement pas. Exprimé en langue de Molière, un principe reste éternellement valable (pour l'industrie comme la distribution) : il est bon d'avoir plusieurs cordes à son arc. 

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS 

 

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- TOUTE L'INDUSTRIE

Partager cet article

Repost 0