Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le téléviseur et sa consommation : nouvelles nervosités !

UNE CONTAGION VENUE DES TENSIONS DANS L'AUTOMOBILE ET QUI RESSEMBLE À UNE GROSSE FARCE…

Une nouvelle mise en doute des consommations électriques des téléviseurs annoncées par les industriels (et de ce fait annoncées sur les étiquettes en rayons) semble vouloir se développer. Étrange, stupide et en même temps inévitable.

Étrange, car cette effervescence est à l'évidence une contagion du problème du diesel et plus largement de l'automobile. Pour les moteurs des automobiles et au-delà, les moteurs thermiques (donc ceux des camions, des tronçonneuses, des péniches, des locomotives,des motios, des tondeuses à gazon, etc.) le calcul des consommations et en aval des rejets est une opération techniquement extrêmement compliquée. La détermination de résultats repose sur une infinité de facteurs qui eux-mêmes dépendent des critères d'utilisation (rapide, lent, ville, route, autoroute) et d'environnement (temps chaud ou froid, humidité, pression atmosphérique...) et même de la qualité et des caractéristiques des carburants. Sur ce plan, les industriels disposent de moyens et de compétences infiniment supérieurs à ceux des organismes d'Etat.

Pour un téléviseur, en revanche, tout est simple. Tout individu peut, au moyen d'un vulgaire ampèremètre, mesurer l'électricité consommée.

Stupide, parce que les quantités d'énergie "englouties" par un écran dans le salon restent très modestes, surtout comparées à celles des voitures ou même de certains équipements de la maison, comme ceux qui lavent linge et vaisselle ou cuisent les aliments, ou encore les chauffages d'appoint. Les différences de consommation entre téléviseurs sur une année entière sont pourtant d'une ampleur comparable à celle de deux ou trois salves, deux ou trois heures à peine, d'un seul radiateur d'appoint quand il fait bien froid dehors et que la salle de bain doit quand même offrir une ambiance correcte pour une toilette de pays évolué.

Inévitable pourtant, cet effet est issu de la mise en fiches informatives pour les clients ornées des barres colorées que nous connaissons tous. La consommation devenant un argument de vente, chacun tente, ce qui est de bonne guerre, de la traduire en résultats de la manière la plus valorisante possible. De là naissent des différends, des contestations, des soupçons sur la manière de conduire les mesures. Et déjà, l'idée selon laquelle, comme pour cette obsolescence programmée, le fantôme de tous les fantasmes, les industriels et leurs complices de la distribution sont tous des voyous.

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS

Tag(s) : #L'info en temps réel

Partager cet article

Repost 0