Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pokemon-go : un nouvel épisode palpitant de l'éternel feuilleton des dérives inattendues de la consommation.

TROTTINETTES, TRAMPOLINES, SCOUBIDOUS, VAGUES DE FROID OU CANICULES, L'INATTENDU PEUT SURGIR À TOUT MOMENT, AVEC DES CONSÉQUENCES SUR LES "GRANDES TENDANCES" QUE PERSONNE NE PEUT PRÉVOIR…

Qui l'aurait soupçonné ? C'est du domaine du jeu interactif qu'est venue la surprise de l'été. Et qui plus est, hors de l'univers classique des consoles ou des ordinateurs. Certes charpenté sur les smartphones, la très impulsive émergence de Pokemon-go aurait même pour effet de souligner une nouvelle prise de distance du jeu par rapport à ses attaches historiques, en particulier la console. Dans ce sens, le jeu suit une trajectoire qui rappelle celle de la musique, s'écartant de la chaîne Hi-Fi pour le baladeur connecté, ou celle de l'image, qui s'affranchit du téléviseur pour s'égayer sur des écrans mobiles.

Mais avec Pokemon-go, nous voici dans une autre aventure, laquelle n'est pas intimement liée à l'unique univers du numérique. Elle s'apparente davantage à ces dadas imprévus qui prennent une ampleur majeure, et détournent les individus de leurs appétences acheteuses usuelles. À part les quelques babioles que peuvent distribuer les spécialistes du jeu ou d'autres domaines, jusqu'à l'alimentaire, chacun peut observer que les prolongements du phénomène profitent un peu à tout le monde, notamment à ceux qui ont imaginé des stratégies commerciales exploitant le filon. Ce qui donnera certainement des idées à d'autres tout en concrétisant la première vraie manifestation du jeu plus qu'en ligne puisque plongé probablement d'une manière irréversible dans l'ère et les usages des réseaux sociaux.

Pokemon-go : un nouvel épisode palpitant de l'éternel feuilleton des dérives inattendues de la consommation.

Depuis des années, voire plus, le numérique et le connecté sont annoncés. Qui prévoyait il n'y a que quelques saisons le rush sur les trampolines ?

Capter les esprits, démobiliser ou mobiliser autrement, et que ça saute !

Nous voici bel et bien dans cette dimension totalement imprévisible de ce qui accompagne le commerce dans son ensemble. Il y a quelques années, l'engouement soudain des foules pour les trottinettes avait eu une très probable incidence sur les ventes de baladeurs (à cassettes). Culminant dans sa meilleure année à 4 millions d'unités vendues, le joujou à deux roues avait certainement conduit bien des chalands à changer d'intentions d'achats, notamment dans le chapitre des cadeaux.

Rappelons, avant d'enchaîner, qu'un budget destiné à un achat ne peut pas être utilisé deux fois. Plus récemment, c'est une surface élastique ronde entourée d'un filet qui a eu un effet comparable à celui de la patinette. Plutôt que de voir les enfants sauter sur leur lit, au risque de devoir changer dans l'urgence un couple sommier plus matelas, de nombreux parents -disposant d'un jardin, et donc d'un pavillon- on opté pour le trampoline et sa mode commode. Combien de tablettes ou d'APN compacts experts sont de ce fait restés dans les stocks des enseignes ? Personne ne peut le dire.

Scoubidou-bidou ah !

Ces élans ne sont pas nouveaux. Le monde de la bicyclette s'en souvient, quand il reconnaît un âge suffisamment avancé. Au confluent des années 50 et 60, surgit le scoubidou. Il ne se vend pas tout fait, on le façonne soit même. Comme à cette époque, il n'y a ni hyper, ni GSS, ni GSB, il est difficile de trouver le petit fil électrique (à défaut de gaine sans âme de cuivre) sauf chez les nombreux "marchands de vélos" qui voient soudain des cohortes de gamins venir mettre à sec leurs réserves destinées initialement aux lumières des bicyclettes, lesquelles restent à cette époque un équipement majeur pour le déplacement domicile-travail.

Quand l'important est de se venter !

Fil éternel de l'histoire des marchés imprévus, cette préhistorique saga du câble rejoint les avatars météorologiques. En 2003, qui n'a pas écoulé prématurément son stock de ventilateurs, bien avant la fin de la canicule historique ? Sur la foi des incollables experts de la "météo de dans 50 ans", annonçant des canicules à répétition, tout le monde (comprenez les hypers, les GSS, les GSB et bien d'autres) a pris des précautions, afin de ne pas manquer de ventilateurs dès 2004. Malheureusement, depuis près de 15 ans, on attend ces canicules promises, longues et vendeuses, pas les rikiki canicules comme celle de 4 ou 5 jours vécus en cette fin de mois d'août. Et l'on ne s'affole plus pour référencer des ventilos. Comme le disait un humoriste célèbre : "l'art de la prévision est compliqué, surtout quand il concerne l'avenir".

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS

Tag(s) : #L'info en temps réel
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :