Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le mirage des jeunes pousses !

L'édito d'Yves Dupré

Mobilisations, enthousiasme, onctueuses promesses pour le futur ! Sans vouloir jouer au rabat-joie, il n'est pas inutile de remettre quelques éléments concrets dans la lumière, éléments qui peuvent tempérer les ardeurs. Depuis quelques temps, et sous l'influence de l'épanouissement du numérique et de ses applications, nous assistons à une envolée d'espoirs et de bonnes volontés dont chaque "jeune pousse" (ou start'up pour les toujours adeptes de l'American Dream) devrait bénéficier. Chacun peu le constater, cette floraison d'idées ne s'observe pas seulement en France. Le numérique a déverrouillé un univers quasi illimité de possibilités, autour desquelles se forgent des projets, des bons, des moyens, et des irréalistes. Ici comme ailleurs, il y aura au bout du compte beaucoup d'appelés, mais bien peu d'élus.

Mais cette envolée s'accompagne aussi d'une prise en compte des réalités, lesquelles datent "d'avant le numérique" et subsistent avec obstination. Deux facettes sont concernées par cette irruption éruptive liée au monde connecté : l'une est liée aux équipements (le hardware), l'autre aux applications (software) de plus en plus associée à des services. Pour ce qui concerne les équipements et notre Hexagone, le sujet revient avec obstination vers ce que l'on pourrait appeler la filière électronique. Pas un créateur d'objet connecté ne peut réaliser ses innovations sans avoir recours à des composants venant d'ailleurs, pour ne pas dire d'Asie. Si ces innovations peuvent se réaliser avec des composants relativement courants (même de très haute technologie) elles se retrouvent face à des cohortes d'autres firmes réalisant des projets comparables, et à même de "foncer" sur un concept si celui-ci a du succès.

En revanche, si l'on entre dans le domaine encore plus élitiste des composants clés (processeurs, écrans, etc.) personne ne peut ignorer que ceux-ci sont issus de filières associant chimie de pointe et électronique. L'industrie chimique crée les matériaux dont a besoin cette électronique, et l'ensemble de cette filière n'existe pas ou plus en France et même en Europe. Des secteurs tels que le médical ou l'agro-alimentaire sont désormais parmi les domaines qui accaparent les énergies de R&D en occident.

En outre, en France, chaque saison qui passe démontre que notre territoire ne parvient pas à préserver l'avenir des firmes, jeunes pousses devenues un peu plus grandes, de l'appétit de concurrents qui finissent presque inévitablement à les racheter. Ce n'est d'ailleurs pas une spécificité du numérique, mais une constante bien réelle dans presque tous les métiers : l'Hexagone ne sait pas attirer les entreprises, et provoque même leur exil. Ce qui explique que certains créateurs, plutôt que de tenter une sorte de combat trop souvent perdu d'avance, préfèrent diriger leurs pas vers le Kent (nous verrons si le Brexit change la donne), le Québec ou la Californie.

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS

Tag(s) : #- Edito par Yves Dupré
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :