Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'obsolescence programmée existe, mais là où on ne l'attend pas.

PLUS QUE LES PIÈCES ET COMPOSANTS DES APPAREILS, LES STANDARDS, LES MODES DE CONNEXION ET LES SYSTÈMES D'EXPLOITATION FONT NAÎTRE CHEZ LES CLIENTS UNE SENSATION DE PIÈGE.

De temps en temps, dans les gazettes, reviennent à la manière d'un feuilleton les sujets sur l'obsolescence programmée. Et à chaque fois, les "investigations" tournent autour du même pot ou, pour les clients, manque de pot, la pièce qui casse trois jours après la fin de la garantie. Le ton est en général vite donné. "C'est fait exprès pour forcer les utilisateurs à s'offrir une nouvelle machine" est l'inévitable conclusion proférée à la cantonade. A de nombreuses reprises, d'autres enquêtes, plus sérieuses et moins racoleuses, ont pourtant démontré que ce genre d'entourloupette ne fait pas partie des méthodes des industriels, et est de surcroît irréalisable. Les statistiques des SAV de bien des enseignes le confirment.

En revanche, des changements tels que dans les modes de fonctionnement, de connexion ou de la même nature mettent des cohortes d'individus dans l'impossibilité d'utiliser de manière correcte leurs équipements. L'un des plus récents de ces cas d'obsolescence qui cache son nom, enfin, à peine, concerne les téléviseurs lors du récent passage de la TNT en HD. "A peine", car fournisseurs et enseignes ont bien souligné que cette évolution allait impliquer le renouvellement de nombreux téléviseurs. Certes, avec des adaptateurs, il était possible de contourner l'obstacle. Mais cela impliquait malgré tout une dépense, laquelle n'allant pas forcément dans le sens le plus constructif pour les professionnels. Dans de telles circonstances, les clients pris à ce qui pour eux ressemble à un piège risquent renoncer à un achat de meilleure valeur si celui-ci était opéré à leur rythme (et celui de leur tirelire) et aller au plus simple, sans enthousiasme, faute de ne plus rien capter du tout. Mieux vaut vendre un produit par ses facettes motivantes –achat plaisir- que sous la menace d'une rupture d'utilisation (achat contraint). Cela peut aussi entraîner le renoncement à un autre achat, APN, smartphones, etc. Tant il est vrai que personne ne peut dépenser deux fois l'argent dont il dispose.

Si le progrès est avancé en guise de justification de ces changements, ce progrès se pose aussi en contradiction aux tendances si souvent préconisées en faveur de la durabilité des équipements. Lorsqu'un célèbre fabricant de smartphones californien change son connecteur, il provoque le même sentiment de prise à un piège. Piège qui peut se retourner contre lui. "J'ai le smartphone et la tablette, et j'utilise deux véhicules, indique un utilisateur. En outre, j'ai des chargeurs chez moi, et dans ma résidence secondaire. Si j'opte pour un nouveau smartphone, c'est la pagaille assurée. Donc tant pis, je garde mon smartphone un peu ancien, je verrai plus tard".

Dans le monde des logiciels, n'a-t-on pas vu, et ne voit-on pas encore des quantités de PC en bon état, mais à la vie brisée pour cause de changements d'OS, entraînant de surcroît des obsolescences de logiciels et de types de fichiers.

Indiscutablement, il y a bien une angoisse latente chez de nombreux consommateurs à propos de leurs équipements face à une possible modification des modes d'utilisation. Certes, des mises à jour gratuites pour les OS et les applications tempèrent cette frayeur. Laquelle n'a rien à voir avec celle liée à des pannes pures et dures qui, certes, surviennent de temps à autres. Remèdes à tout cela : une information complète et précise de la clientèle, si possible sans confusion avec les préoccupations des intervenants dans les rayons, même si, c'est bien connu, la GLD fait bien des heureux.

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS.

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- C'est un avis
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :