Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Re-) Lettre aux pilotes d'Air France !

ENTRE DÉFENDRE SON OUTIL DE TRAVAIL OU LE DÉTRUIRE, IL FAUT CHOISIR. CERTAINS SEMBLENT IGNORER QU'ILS NE SONT NI SUR LE BON GLYDE, NI SUR LE BON LOC. LE 7700 AU TRANSPONDEUR RISQUE DE DEVOIR ÊTRE VITE AFFICHÉ…

Dans les secteurs d'activité liés à la distribution et aux équipements numériques, de la distribution aux industriels, tout le monde voyage. Ceci sans doute plus loin que dans d'autres univers professionnels : de l'Asie à la Californie, les points chauds de nos métiers pullulent.

Souvenirs, souvenirs…

Il y a une vingtaine d'années, avec quelques confrères, nous voici à Roissy, un dimanche, en début d'après-midi, accompagné d'un responsable de l'industrie du groupe Thomson. L'objectif est d'aller visiter quelques installations que la firme partage avec un partenaire japonais à Singapour. C'est la pleine époque du magnétoscope. Au comptoir d'enregistrement de Singapour Airlines, et alors que les formalités se déroulent sans souci, une question surgit dans une logique absolue. "Pourquoi, pour un industriel bien de chez nous, ne voyageons-nous pas avec Air France ?" La réponse est directe, immédiate, et révélatrice. "Je vais très souvent là-bas, confie notre accompagnateur, au moins une fois par mois, et avec Air France et ses grèves, il y a trop d'incertitudes". Quelques autres commentaires, notamment à propos de la qualité de service de la compagnie asiatique, achèvent "d'enfoncer ce clou".

Depuis, l'aérien a beaucoup changé. Les très longs vols sont plus courts, grâce à l'autonomie des avions. Les comparaisons tarifaires ont aussi beaucoup évolué, non seulement parce que les "low-cost" sont arrivées sur le marché (pour toutes les étapes européennes, c'est capital) et que des concurrents se battent sur les meilleures prestations possibles à bord.

En 2016, rares sont les professionnels (hormis certains dans la fonction publique) de tous métiers qui travaillent et sont rémunérés comme il y a 20 ou même 10 ans. L'obstination des navigants de ce qui n'est plus "un pavillon véhiculant l'image de la France", mais une compagnie parmi tant d'autres, de se fondre dans l'économie d'aujourd'hui et de se préparer à celle de demain, en restant campés sur des revendications assorties d'arrêts de travail peu glorieux ne peut avoir qu'une conséquence directe : inciter encore davantage de clients, comme ce responsable industriel il y a 20 ans, à assurer le respect de leur calendrier en choisissant des compagnies où l'on reste sérieux.

DVSM l'avait déjà souligné

Mais que ces grévistes à répétition le sachent : s'ils poursuivent dans cette stratégie, cela n'a aucune importance. Qu'ils soient là ou que leur entreprise se soit échouée sur ces obstacles d'un autre temps, il aura de toute façon des avions pour aller où l'on veut, quand on le veut.

RETOUR A TOUTES LES INFOS

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- Grrr...! et cartons rouges

Partager cet article

Repost 0