Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

iPhone d'Apple : trois ans, trois ans et un jour ?

LES OBSÉDÉS DE LA SUPPOSÉE OBSOLESCENCE PROGRAMMÉE ONT EU LEUR DOSE DE VITAMINES !

Il n'aura pas fallu beaucoup de temps (à compter en secondes) pour que les réactions surgissent comme les jets de lave d'un volcan en phase explosive ! En faisant allusion à une utilisation moyenne de 3 ans pour un iPhone, les responsables de Cupertino n'ont pas donné une estimation de durée de vie, mais seulement constaté ce que sont les usages. Un tel appareil n'est pas un ustensile livré avec une mèche déjà allumée préparant son inéluctable autodestruction. D'ailleurs, sauf chez les artificiers et autres "bombatomistes", il n'existe pas d'équipement conçu avec une panne intégrée calée pour se déclencher à l'heure dite. Certes, les yaourts et les viandes sous vide sont affublés d'un délai séparant la consommation sans risque d'une possible dégustation urticante, et nous avons recueilli des témoignages qui nous semblent très fiables et selon lesquels les constructeurs automobiles installeraient des systèmes d'essuie-glaces affectés de défaillances ne se manifestant pas après un laps de temps précis, mais comme par hasard les jours de pluie. La notion d'obsolescence programmée est une affabulation, largement colporté par des médias s'autoproclamant et se croyant investigateurs.

En revanche, tout analyste méthodique aurait pu produire le même type d'information concernant les smartphones. Avec environ 20 millions de pièces vendues chaque années dans l'Hexagone, lequel compte environ 65 millions d'habitants, et en faisant abstraction des nouveaux-nés et des personnes très âgées ou handicapées, n'ayant pas encore ou plus l'usage de ce genre d'instrument, il est commode de déduire que chaque année, environ un tiers des citoyens se rééquipent, soit tous les possesseurs après environ 3 ans d'utilisation. Toutefois, il existe des conservateurs comme, par exemple, votre serviteur. En dépit de l'insupportable honte qu'il supporte à chaque fois qu'il suspecte un passant croisé d'avoir deviné quelle antiquité, dans le fond de sa poche, lui sert de joujou numérique, il s'obstine à se trouver satisfait de son "Quatresse". Ils sont plus nombreux qu'on l'imagine à l'imiter, démontrant qu'il est possible d'aller largement au-delà des 3 ans avec l'Apple de leur choix. Inversement et par chance, d'autres qui n'ont pas encore songé à en faire cadeau à leur compagne ou à leur fils brillamment reçu au permis de conduire, se font voler ce précieux numériphone, le laissent tomber du balcon du 5ème sous un angle destructeur, l'oublient dans une cabine d'essayage de chez Modemoi-Pascher, ou… enfin, procurent un trépas prématuré à l'objet, rétablissant les équilibres entre les plus de 3 ans et les moins de 3 millésimes.

En outre, ce laps de temps de 36 mois correspond bien à une sorte de cadencement résultant des évolutions techniques, des produits eux-mêmes jusqu'aux moyens proposés par les opérateurs. Bref, à une avancée inéluctable de l'univers technologique de la mobilité. Il y a 3 ans, la 4G n'était pour la plupart des utilisateurs qu'une perspective. Dans 3 ans, nous commencerons à conjuguer la 5G au quasi présent. Le rythme triennal ne peut être que la trame de toute feuille de route d'industriel. En revanche, il ne faut pas hésiter à le répéter, la conception d'une programmation d'usure irrémédiable sur une échelle de temps, qu'elle soit de 3 ans, de 5 ans ou de toute autre durée, est totalement irréaliste et plus prosaïquement totalement irréalisable. Sauf avec un chronomètre, mais cela se verrait ! Et, comme les tricheurs ne sont pas rares, certains parviendraient même à stopper ce chronomètre…

RETOUR A TOUTES LES INFOS

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- C'est un avis

Partager cet article

Repost 0