Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE NON-ENGAGEMENT SAUF SUR L'EMPLOI...!

L'édito, par Yves Dupré.

- UN RÉFLEXE DE PRUDENCE PLÉBISCITÉ ET COMBATTU A LA FOIS...

Drôle de situation. Tout a commencé avec les forfaits de téléphonie mobile. La subvention des appareils vendus par les opérateurs impliquait que les clients restent abonnés pendant un certain temps, un an, deux ans... Faute de quoi l'opérateur aurait été perdant. Mais sont arrivées les offres concurrentes. Pris au piège d'un fil à la patte (ou d'une corde au cou), nombreux sont ceux qui ont mal vécu le fait de ne pas pouvoir se replier sur des dépenses moins lourdes, surtout au moment ou le fioul du chauffage, le gazole de l'auto et les impôts locaux s'envolaient comme des fusées à Cap Canaveral.

Avec l'arrivée de Free, non seulement les forfaits et autres formules ont nettement diminué (et les recettes de opérateurs aussi), mais en plus, les consommateurs ont compris et adoptent aujourd'hui une attitude nettement plus calculatrice. L'engagement n'est adopté que si il se traduit sous la forme d'une sorte de crédit, ou alors, c'est non, absolument non.

Ce comportement né de l'expérience s'est propagé à d'autres domaines et a même fait basculer, au besoin par le biais de lois, des édifices que l'on imaginait indestructibles, comme par exemple celui des contrats d'assurances. En bref, quand quelqu'un gère un budget, le sien, ou celui d'une... entreprise, il prend désormais la précaution de ne pas mettre les pieds dans n'importe quel processus. Les parachutistes n'ont-ils pas un "dorsal" et un "ventral", au cas où...

D'où ce paradoxe auquel nous assistons aujourd'hui, avec les effervescences sur le CDD, dont nous parlons déjà sur ce site. Une majorité probablement écrasante d'individus considère sans doute comme légitime le fait de pouvoir mettre de solides limites à des engagements financiers. Mais cette légitimité devient en revanche inacceptable lorsque la précaution est celle d'un "patron" ou d'une direction d'entreprise quand l'engagement financier concerne l'emploi. Même si cette entreprise a elle-même des clients abonnés sans engagement. Or, les risques de retournement de situation sont aussi important pour les entreprises que pour les ménages ou les individus. Comment se fait-il que pas un commentateur n'ait posé le problème sous cet angle ? Notez d'ailleurs qu'avec un CDD, il y a bel et bien un engagement, et c'est le fait de ne pas lui donner la moindre limite des durée qui est le siège du tourment. Embauchez-moi pour toujours, point, barre ! Du reste, les "patrons", ces épouvantables acteurs de notre monde économique, ne sont-ils pas aussi des individus capables d'avoir été réveillés et influencés par cette vogue du recours au non-engagement par ailleurs jugé si légitime ?

RETOUR A TOUTES LES INFOS

Tag(s) : #- Edito par Yves Dupré
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :