Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cryptage, police, assemblée nationale et décisions étranges…

Un amendement adopté par l'Assemblée aussi inutile qu'effrayant.

Il n'y a pas le moindre doute : nous sommes autant attachés à la lutte acharnée et sans pitié contre le terrorisme que l'ensemble de nos concitoyens. Il faut impérativement adopter des mesures aptes à empêcher que des carnages identiques à ceux qui ont endeuillé 2015 ne puissent se reproduire. Ce qui, reconnaissons-le, n'est pas commode. Et pourtant, il y a incontestablement des limites à ne pas franchir dans les moyens mis en œuvre pour ce louable objectif. Alors que le bras de fer continue outre-Atlantique entre Apple et des autorités qui voudraient bien faire plier Cupertino dans leur demande d'accès aux contenus les plus intimes des smartphones, nos députés, sans doute épuisés par une trop longue veille, ont voté un amendement (dans une loi qui reste à adopter) visant à condamner les fabricants qui ne voudraient pas décrypter les données incluses dans les mobiles de terroristes aux prises avec les force de l'ordre. Un amendement qui démontre le peu de pertinence et de connaissance du sujet de la part de ceux qui l'ont imaginé.

Ce texte a en effet tout d'abord de quoi mettre dans des positions bien délicates des responsables de filiales françaises de groupes multinationaux (dans leur quasi totalité, les mobiles vendus sur notre territoire sont issus des gammes d'industriels étrangers). Peut-on imaginer le PDG d'une telle filiale pris entre le marteau et l'enclume ? Ou bien il se tait, et risque la condamnation, ou il parle et… se fait "virer" illico par sa maison mère.

Ensuite, si certains services très techniques et ultra spécialisés dans les firmes créant les produits savent comment déverrouiller les cadenas complexes mis en œuvre pour rendre inviolables les données personnelles, (à supposer qu'une telle "ouverture" soit possible, ce qui n'est pas démontré) il est bien évident que l'extrême confidentialité qui entoure ces travaux n'a même pas permis aux informations nécessaires à un éventuel "décapsulage" de se propager ne serait-ce que jusqu'aux toilettes les plus proches des postes où travaillent les experts concepteurs des protections. Il n'y a donc probablement pas un seul individu sur notre sol national connaissant le début du commencement de ces secrets industriels, qui n'ont rien à voir avec les menus exploits des hackers même de haut vol ("vol" dans le sens chapardage, bien entendu). Même avec du sérum de vérité ou en ressortant de vieilles "gégènes", ont ne pourra jamais faire parler ceux qui ne savent rien. Il est également peu probable qu'un panier à salade parti, sirène hurlante, jusqu'aux faubourgs de Cupertino réussisse à se faire obéir de l'un des experts évoqués sur la simple injonction : "Veuillez nous suivre, s'il vous plaît !"

Enfin, cet amendement est déjà et d'emblée inutile, car conscients du risque, les individus visés vont s'abstenir, si ce n'est déjà fait, de placer la moindre donnée là où elle pourrait être découverte.

Les gesticulations auxquelles nous assistons sont finalement surtout de nature à inquiéter tout le monde. Les braves gens d'une part, qui vont se sentir à la merci d'inspections pouvant parfaitement s'étendre à de multiples domaines : fiscalité, santé, etc. Et de ce fait, regarder avec une prudence excessive leur bon vieux smartphone, capable de les trahir un jour ! Effrayer l'ensemble des populations d'autre part, car le monde terroriste est attentif, organisé, informé et capable de tirer en temps réel les conséquences de ces mesures. Il va donc prendre des précautions, lui aussi, et s'organiser en ne comptant plus comme avant sur les mobiles. Et c'est dans ces conditions qu'un terroriste averti en vaut deux !

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- C'est un avis
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :