Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Apple et l'auto… Info, intox ?

Les rumeurs sur la "future automobile" d'Apple soulèvent quelques interrogations sur les projets réels de Cupertino.

Avant 2007, année de naissance de l'iPhone, il y avait l'iPod et iTunes. La jonction avec le monde des téléphones mobiles était donc très logique, voire impérative. Ce qui n'empêchait pas les "spécialistes" et autres observateurs "proche du sujet" de ne pas croire à l'arrivée de la firme encore dirigée par Steve Jobs dans ce monde complexe de la téléphonie. "Ils n'ont aucune chance d'y faire quoi que ce soit" prévenaient même les plus intimes avec cet univers. On a vu la suite.

Pour l'automobile, les choses sont plus complexes. Le développement du parc mondial, qui reste d'actualité, s'articule essentiellement autour des pays émergents, et se nourrit surtout de véhicules de conception très économique. Voilà qui cadre mal avec la culture d'Apple, qui œuvre plutôt dans les sphères du haut de gamme. Avec une ligne stratégique rarement évoquée par (toujours) analystes et observateurs et qui consiste à rendre captifs les utilisateurs. Captifs avec l'iPod via iTunes, Apple se faisant surtout "marchand de musique", captifs avec l'iPhone et l'iPad, avec iTunes, l' AppStore et tout ce qui va avec. Au jeu de "si j'étais", la suite de cette stratégie devient plus limpide. "Si j'étais Apple", je chercherais à rendre captif à travers ses habitudes une population encore plus vaste que le monde de ceux qui écoutent de la musique et de la vidéo et utilisent applis et autres fonction des "iMobiles". Ne cherchez pas, cette ligne stratégique est déjà engagée avec ApplePay. Récupérer une petite contribution d'un nombre colossal d'actes de paiement ne peut que remplir une tirelire même colossale. D'autant plus que la firme (qui aura des concurrents) peut compter sur la haute collaboration des opérateurs de téléphonie, ce qui devrait à très court terme faire souffrir les banques, qui ont pour l'instant pour elles seules l'immense pactole des comptes de particuliers. Les plus belles choses ont toujours une fin.

Par ailleurs, Apple a toujours su laisser filer des informations, parfois pour en occulter d'autres. On se souvient de la frayeur, dans l'industrie, de la perspective qui était omniprésente il y a quelques années de voir Apple proposer des téléviseurs. A Cupertino, il y a des équipes qui savent analyser et toiser les marchés pour le long terme. Il est probable que jamais une intention réelle et concrète de produire des téléviseurs, en dépit des bruits qui galopaient, n'a réellement été d'actualité.

Oui, mais ces équipes peuvent se tromper. Voir les montres. Qu'on le veuille ou non, les ventes de ces joujoux pour le poignet sont décevantes, et pire encore, à part quelques fonctions redondantes chez tous les acteurs de ce créneau, il ne surgit aucune vague d'applications tueuses, celles qui soulèvent l'enthousiasme des foules.

Revenons à l'auto. Dans notre petit jeu, "si j'étais Apple", l'objectifs fascinant (et profitable) pourrait bien être de rendre captif l'univers de l'automobile ou au moins une bonne fraction de ce qu'il représente. L'automobile constitue la plus grosse dépense des foyers en biens durables après la résidence principale et, à raison d'un renouvellement de véhicule tous les 3 à 5 ans, dépasse même l'achat d'une maison ou d'un appartement, sur le long terme, pour de nombreux consommateurs. Les alliés possibles : les constructeurs, bien sûr, et peut-être aussi les pétroliers. Acheter une auto et la nourrir en carburant avec ApplePay… Quel fantasme…! Et si, grâce à son mode de connexion, l'auto est suivie en permanence, permet de rationaliser le réseau, et surtout, de ramener les consommateurs volages, qui font entretenir leurs voitures dans des centres auto moins chers, sans rendez-vous, et ouverts le samedi… Pour parvenir à cet objectif, il faudrait des experts, ce qui justifie peut-être les embauches d'ex-responsables de quelques nobles marques du monde automobile. Voilà qui serait autrement plus fascinant que de construire une belle auto de haut de gamme seulement pour provoquer des insomnies chez Elon Musk et concurrencer ses Tesla électriques… Sauf si cette création n'est qu'un porte-drapeau pour toute une activité. Patience, nous finirons bien par savoir. Et notons au passage que cette vague médiatique se soulève au moment du salon de l'automobile de Genève.

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- C'est un avis
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :