Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sondages sur l'avenir: intéressants ou inutiles ?

Interroger le grand public donne des résultats aux limites vite atteintes.

Orange vient d'annoncer le lancement d'un observatoire axé sur les conséquences des changements que le numérique entraîne notamment sur l'emploi, et en toute logique dans la vie professionnelle. Habitudes, statuts, réglementation… Un sujet très actuel et du plus haut intérêt, qui va s'appuyer sur des tables rondes et sur des sondages réguliers menés par l'institut BVA auprès du public. Cette initiative indique que la prise de conscience des transformations liées à de multiples facteurs, dont font partie les moyens de communication numériques, tous genres confondus, est désormais une réalité. Il reste que pour adopter des stratégies pertinentes, il convient de percer les secrets de l'avenir. Si ces moyens numériques ont une portée considérable, ce que l'on en fait et ce que l'on en fera reste compliqué à déterminer. Viennent se glisser dans l'aboutissement de tout scénario les fruits de l'imagination et le succès ou le ratage de chaque lancement. En 2006, alors qu'Apple n'avait pas encore dévoilé son iPhone, pionnier des smartphones, quel consommateur aurait pu imaginer et confier à un organisme sondeur tout ce qui a été développé depuis ? Au milieu des années 90, quand le même Apple avait lancé Newton, une sorte de mini-tablette avant l'heure, nombre de développements devenus actuels auraient pu être imaginés, même par le public. Mais rien n'était prêt : ni les esprits, ni les développeurs, ni les moyens pour communiquer. Newton a été un flop. Si tout l'univers de la connexion est promis à un avenir riche, l'un de ses principaux handicaps sera l'aptitude des réseaux à en supporter l'usage. Alors que la 5G est attendue avec impatience, le très haut débit n'est, partout en France, promis que pour 2022, soit dans 6 ans. Encore faut-il tenir compte du fait que c'est une… promesse. Or, un simple regard sur ce qui se passait il y a 6 ans, quand les smartphones prenaient leur envol, permet de confirmer que le temps est une donnée difficile à maîtriser.

Même les experts sont approximatifs dans la description du futur et souvent du présent…

Il se murmure que voyants, extralucides et autres spécialistes de la boule de cristal prendraient la précaution de toujours prévoir tout et son contraire, afin de mettre en évidence, après coup (ou coût pour leurs clients) des prédictions d'une grande justesse. Les épisodes économiques compliqués traversés depuis quelques années ont donné à tous l'occasion de constater que chaque économiste avait ses propres explications, la grande compétence et l'expérience n'excluant pas des avis diamétralement opposés. D'autres experts s'affrontent à coups de convictions divergentes, comme par exemple sur le supposé réchauffement de notre planète et ses causes véritables. L'emploi est bien sûr influencé par les pratiques numériques, mais pas uniquement. Entre une industrie automobile qui coince quand le carburant devient hors de prix, et une reprise car le cours du brut s'effondre, les catalyseurs de ce yo-yo sont aussi nombreux qu'imprévisibles. La promesse d'un pétrole cher pour très longtemps a inondé les talk-shows jusqu'à ce que les gaz de schistes démontrent leur capacité à provoquer un "alignement", comme cela se dit dans nos linéaires. Et ce e-commerce qui devait tout dévorer n'a-t-il pas seulement entamé une part raisonnable de sa proie ? Et Amazon souhaitant ouvrir des centaines de librairies physiques, était-ce dans les prédictions possibles ? Pierre Dac avait osé le dire : "Les prévisions sont difficiles, surtout quand elles concernent l'avenir"…

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- C'est un avis

Partager cet article

Repost 0