Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LA TÉLÉ PAYANTE FACE à SES DÉFIS.

En France, la télévision payante, c'est essentiellement Canal. Qui tente de survivre, nous apprend (ou nous confirme) l'actualité récente.

Trois décennies après sa création, Canal ne vit que ce qui est logique : autres temps, autres meurs ! Dans ce que l'on peut résumer par l'expression "télévision moderne", la chaîne lancée en 1984 est doucement passée du statut de proposition la plus avancée à celui de "presque" concept du passé. Il est d'ailleurs réducteur de ne considérer cette innovation d'hier que sous l'angle Canal+. Il faut observer l'ensemble à travers l'ensemble Canal+ et CanalSat, lequel permet de mesurer le degré de nouveauté que représentait cette irruption dans le PAF. D'une part, elle concrétisait la fissure irréversible du concept parfaitement verrouillé de télévision d'Etat étroitement contrôlée par le pouvoir politique. D'autre part, elle rendait concrète pour tout individu la part de rêve que depuis Telstar, au cœur des années 60, la satellite avait fait naître.

Une situation très largement "à la Française", car au-delà des frontières, la pluralité des chaînes était depuis longtemps une réalité. Sans parler de ce qui se passait outre Atlantique, où à l'aide d'un "rotacteur" plus où moins agréable aux doigts, tout téléspectateur pouvait depuis des lustres se promener au gré de dizaines de canaux généralistes ou thématiques, l'Italie avait fait exploser via une libéralisation sans limite le carcan de la télé de grand papa, ou nos amis belges, lesquels, grâce à leur antique mais efficace "télédistribution", pouvaient accéder à une vingtaine de menus.

Depuis des années, il se disait que le groupe Canal perdait des abonnés. Ce qui n'était pas très bien vu à Issy-les-Moulineaux : la vérité est souvent douloureuse. A travers l'accord d'exclusivité tout récent entre Canal et BeIN Sport, la plaie apparaît au grand jour. Le choix du groupe Bolloré et de son patron actif est bien à considérer comme il se doit : c'est déjà une manœuvre de sauvetage. Pas encore de naufrage, et tout sera fait sans le moindre doute pour que cette ultime situation soit évitée. Mais au prix de décisions qui ne feront pas plaisir à tout le monde.

Au fait, comment s'est construite cette situation périlleuse ? C'est le résultat d'un enchaînement par certains côtés désastreux. Il s'est amorcé par l'annonce de la TNT, dont les mobiles sont désormais enfouis profondément. En interne, il se disait déjà que cette initiative allait tuer le concept du bouquet satellite. TPS, avait la même conviction, sa réaction ayant consisté à précipiter l'ADSL, à l'époque plus que bafouillant. Moins les technologies, c'est la notion de pluralité de chaînes qui a été bouleversée aux yeux du public. Aucun domaine ne pourrait échapper à une conséquence logique. Installez quinze stands proposant des plats gratuits sur les Champs Elysées, et imaginez ce que seront les prochains bilans des entreprises de restauration ! Avec 15 chaînes gratuites, puis une dizaine de plus au fil des saisons, la télévision payante –en terme d'édition- ne peut plus survivre. Sauf si elle conserve des exclusivités. L'erreur du groupe Canal ayant peut-être été de se limiter à celle du foot.

Tag(s) : #L'info en temps réel

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :