Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le pétrole et l'argent des clients.

L'hallucinante farandole des prix et des cours au fil des ans.

Plus le litre de gazole est élevé, moins il reste d'argent dans la poche des consommateurs pour s'offrir des équipements et des contenus audio, vidéo et multimédia. Il en va de même pour le sans plomb et pour le mazout. Les dépenses contraintes, indispensables, qui font partie de la consommation, servent dans de nombreux ménages aux déplacements domicile-travail* et au chauffage. Alors que les commentaires à propos d'un baril très bas fusent de tous côtés, nous nous sommes penchés sur les évolutions entre le cours de l'or noir et ces prix publics et plus particulièrement celui du gazole, utilisé majoritairement dans le parc automobile.

Ainsi, en octobre 2000, le baril de brent se négociait au tarif moyen de… 30 dollars environ. Et à cette époque, le litre de carburant pour moteurs de technologie diesel s'établissait à 0,77 euros. En janvier 2016, ce baril est à un peu moins de 30 dollars, mais le même litre du même carburant s'affiche à la pompe à 1,03 euro. Aïe !

Au fait, comment avions nous fait pour pronostiquer depuis plusieurs saisons un repli du baril dans la zone des 30 billets verts (aujourd'hui devenu réalité) après avoir culminé à près de 150 dollars ? Simple : outre quelques informations et confidences de spécialistes, ce niveau est tout simplement celui qui est observé sur le long cours, au fil des décennies. Hors des épisodes géopolitiques générant des tensions, jamais éternelles (guerre du Golfe), ou des dérives spéculatives (crise des subprimes) appuyées sur le spectre d'une hypothétique pénurie, les cours sont toujours restés ou revenus dans des valeurs proches du niveau évoqué, voire même en dessous (il serait d'ailleurs plus juste de parler d'une sorte de valeur pivot constatée autour de 25 dollars).

Il reste le poids des taxes, très élevé en France, mais également dans d'autres pays d'Europe. Un instant de rêve ? Songez qu'en ce moment, un automobiliste américain met dans son véhicule un carburant qui ne lui coûte que 58 centimes de dollar (53 centimes d'euros). De quoi s'abonner sans douleur à Netflix. Ah ! L'Amérique !

*Environ 7 actifs sur 10 n'ont pour se rendre à leur travail que l'automobile. Cette proportion, souvent dénoncée par les défenseurs à tout prix des transports en commun, et proche de celles observée dans d'autres pays comparables, comme l'Allemagne, par exemple.

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- Repères et chiffres
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :