Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Salon Photo 2015 : quel public ?

La photo a besoin d'un public beaucoup plus large que celui du Salon de la Photo.

Non, il n'est pas question de remettre en cause la fréquentation de cet événement parisien qui n'a pas à rougir de ses performances. Mais, rappelons cette réalité incontestable : la "photo" est une activité, par opposition aux loisirs passifs, ceux que l'on pratique en spectateur, comme la télévision, le cinéma, la lecture etc. Pour que les ventes d'équipements photographiques soient les plus fortes possibles, il ne suffit pas de les présenter dans des rayons de magasins, aussi complets, informatifs et même didactiques soient-il. Ces conditions fondamentales, qui ne sont que trop rarement remplies (même chez de fort nombreux supposés spécialistes), ne servent cependant qu'à optimiser les ventes envers les adeptes déjà conquis, clients ou chalands ayant d'ores et déjà franchi le pas vers un attrait consommé de la prise de vue et de ses prolongements. Ce qui n'est déjà pas si mal, relèveront à juste titre bien des professionnels. Mais les individus non adeptes ne tomberont grâce à ce merchandising appliqué qu'à dose infinitésimale dans le loisir photographique. Pas plus qu'une exposition très vendeuse de skis ne donnera des envies de descente dans la poudreuse à des personnes que le charme et les propriétés vivifiantes de la montagne enneigée n'ont pas encore séduites.

Le public du Salon de la Photo, tel que nous l'avons observé attentivement au fil des éditions des années antérieures, est riche d'amateurs éclairés pratiquant la photo depuis longtemps. Beaucoup ont vécu la transition argentique – numérique (pas toujours de gaité de cœur), ce qui donne une part de fréquentation importante dans des tranches d'âge moyennes et élevées. Ils sont côtoyés par d'autres visiteurs dont la venue à la prise de vue est plus récente, et qui nourrissent les vagues importantes d'amateurs à la recherche de conseils et de formation. Ces néo-adeptes veulent améliorer leurs résultats, et sont donc déjà à classer dans le public conquis. Il y a un défi à ne pas manquer : il faut réussir à les accompagner dans leur quête de progression avant qu'ils ne se lassent, et filent vers un autre mode de distraction, faute de réussir les images piquées et contrastées dont ils rêvent. Ce qu'aucun rayon d'hyper ou de GSS (intervenants inclus) n'est capable de faire.

Il reste tous les autres. Or, opportunité très actuelle, des individus fort nombreux font chaque année l'acquisition d'un équipement permettant de s'adonner à la prise de vue. S'il est impensable de faire tomber dans la pratique du cliché la totalité des (environ) 20 millions de clients achetant un smartphone, il est en revanche raisonnable de penser qu'une petite proportion peut être conquise. Un sur dix seulement apporterait à la photo, dans son sens le plus large, entre 1 et 2 millions de clients supplémentaires. Alors, que fait-on ?

Tag(s) : #- Photo et vidéo

Partager cet article

Repost 0